Nicaragua : le creux de la vague

Et oui, il y a bien un moment où ça doit arriver au cours d’un long voyage : pour nous le Nicaragua aura été synonyme d’un gros passage à vide. Plusieurs mois de problèmes mécaniques, un pays où les gens ne sont pas hyper accueillants (doux euphémisme) et tout un tas de raisons qui font qu’on ne gardera pas de très bons souvenirs du Nicaragua.
Ça n’avait pourtant pas si mal commencé : l’arrivée dans le pays après une traversée express du Honduras et une vue imprenable sur les volcans alentours.

Pourtant la chaleur nous fera bien vite fuir vers la côte, on passera donc quelques heures seulement à visiter Léon, qui ne nous enchante pas, ça arrive !

On rejoindra la plage de Las Penitas où l’on passe quelques journées à crever de chaud et à tenter de contacter le club Volkswagen local pour trouver un mécano sur Managua.

Après avoir lutté pour obtenir une réponse on nous aiguillera enfin vers quelqu’un, un “spécialiste” Volkswagen. Au final on se retrouvera à tomber le moteur pour la deuxième fois, notre mécano ayant flairé le bon coup nous fera changer les deux têtes de cylindre et le vilebrequin qui sont -selon ses dires- dans un piètre état, ce qui explique notre problème de chauffe. On passe donc plusieurs jours coincés dans ce garage, avec des mécanos très hostiles. Persuadés que je ne parle pas un mot d’espagnol, dès qu’ils voient Vincent s’éloigner un peu ils se moquent de lui, l’insultent… la bonne ambiance. On en profitera tout de même pour visiter Managua, qu’on trouve sans aucun intérêt!

Vers la fin des réparations on reçoit un mail de la part d’un membre du club : il nous invite à la plus grande prudence avec ce mécano et nous enjoint à garder les pièces qu’il a changées car il pourrait tenter de se les garder sous le coude pour les revendre. On apprend également qu’il nous a facturé toutes les pièces au double du prix normal. On part, notre problème de chauffe persiste… Et on va donc trouver un autre mécanicien. Heureusement cette fois-ci on tombe sur Rafael. Pendant plusieurs jours lui, son épouse Simone, son fils Waldo et sa belle-fille Yamileth vont nous héberger et prendre soin de nous comme si nous étions des membres de leur famille. On aura aussi des visites fréquentes de la petite voisine : elle m’explique qu’elle aimerait beaucoup que le combi ait des ailes, de cette façon on pourrait l’emmener avec nous en Italie! Toute cette famille qui nous a ouvert les bras de manière aussi spontanée constitue à ce jour la plus belle rencontre qu’on ait faite sur ce voyage.

Ce sera également pour nous l’occasion d’apprendre que la plupart des pièces que le premier mécano a changé étaient encore bonnes… Si on en doutait encore maintenant on est certains qu’il nous a roulés ! On profite donc d’être bien entourés avec Rafael et sa famille pour reprendre des forces, et c’est les larmes aux yeux qu’on leur dit au revoir en prenant la route du volcan Masaya.
Ce volcan est très visité car l’accès au cratère est très simple : on se gare à cinquante mètres de celui-ci. Apparemment il y a plein de petits perroquets verts qui vivent dans le cratère mais nous ne les verrons pas à cause des fumerolles.

En redescendant on se dirigera vers la charmante lagune d’Apoyo, dont les arbres sont remplis de singes hurleurs.

On écourtera notre séjour au bord de l’eau pour gagner Granada car nous avons besoin d’avoir un accès à internet rapidement.
Granada ne restera pas un bon souvenir pour nous car on y affrontera un gros problème personnel.
On décide ensuite d’aller se mettre au vert sur l’île volcanique d’Ometepe. On y passera trois nuits et on ne fera pas grand chose à part se balader sur les plages et se reposer, choses dont on avait grand besoin. On y traquera également les pia-pia azul, ces beaux oiseaux qui sont légion sur l’île.

En prenant le ferry du retour on décide de ne pas s’éterniser au Nicaragua et de passer au Costa Rica le jour même afin de tourner une page dans notre voyage et de repartir d’un meilleur pied.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s